Le Vieux-Chêne

Les Vieux-Chênes ne vieillissent jamais. Un jour bien sur ils disparaissent, silencieusement sans que l’age ait un impacte sur leur jeunesse d’esprit. Ils s’insèrent dans l’écologie de notre petite planète, sont sensibles à la fois à l’élévation de pensée grâce a l’éducation générale, et à la nécessite de croissance économique sans la destruction de la Terre. A la base il y eut une initiative de trois sommités de la vingt quatrième (Pélican, macaque et fourmi). Le but était l’appui de l’unité, « chroniquement » sans domicile fixe.

Puis s’y est greffé un camp, délibérément rétro et auto-ironisant pour souligner que "age is a matter of the mind: if you do not mind it doesn’t matter". Ce camp de deux jours en août, baptisé le week-end Vieux-Chêne, est ouvert à chaque ancien.

Ils ont gardé et intègrent en leur nature d’être humain -chacun à sa façon- le comportement de base que préconise le scoutisme. Que d’aucuns taxent de « rétro ».

En court les Vieux-Chênes sont nos anciens qui n’ont pas eu le coeur de tout a fait perdre leur bien aimée de vue…